Certains collaborateurs ont très tôt l’ambition de devenir associés.

Tant mieux, car ça se prépare !

Il y a deux choses à garder en tête :

  • sa posture d’associé : un comportement tourné vers le développement de clientèle et le management d’équipe, et
  • son travail de visibilité : un comportement qui favorise son identification sur le marché.

RASSURER SUR SA CAPACITÉ A ÊTRE ASSOCIÉ. SE FAIRE CONNAÎTRE. 

Il y a donc un double travail à mener de la part du collaborateur :

  • un travail vis-à-vis des clients : en parallèle du traitement des dossiers, le collaborateur va devoir apprendre à gérer la relation client en vue d’un futur développement de clientèle.

Il s’agit au début de rencontrer les clients pour partager des moments informels tels que des déjeuners, des sorties, des matchs foot ! Certains clients ont besoin d’atteindre ce niveau de proximité pour ensuite confier des dossiers. Il faut également garder en tête que, s’agissant des clients personnes morales, certains membres de l’équipe peuvent avoir le même âge que le collaborateur, ce qui peut grandement faciliter les échanges et lui permettre d’avoir, à terme, un prescripteur en interne.

  • un travail vis à vis des confrères : les jeunes collaborateurs ignorent souvent que les confrères sont des leviers importants de leur développement de carrière en cabinet. En effet, les recrutements se font souvent « dans les dossiers » : un confrère remarque un collaborateur dans l’équipe du cabinet « adverse ». Une fois le dossier bouclé, il va le contacter pour lui demander de rejoindre son équipe. Lors de ce recrutement, il appartiendra au collaborateur de négocier l’évolution de son statut (en fonction de son niveau de séniorité bien sûr).

Et vous, comment avez-vous procédé pour devenir associé(e) ?

NOUS CONTACTER